Energiezoom
Forums Archives Contact
ZOOM SUR L'ENERGIE MONDIALE Ajoutez vos articles  
 
Sources d’énergie

Gestion de l’énergie

Perspectives

Situation mondiale
Banque de données

ZOOM SUR
 
 
ZOOM SUR LA FRANCE
En 2004, la consommation de la France en énergie a atteint 11.2 quadrillions Btu. L'énergie nucléaire constitue la plus grande part avec 39%, suivis du pétrole (36 %), du gaz naturel (16 %) et de l’hydroélectricité (5 %). La France est le deuxième plus grand producteur de l'énergie nucléaire dans le monde, après les Etats-Unis, cependant, l’apport de cette énergie dans la consommation globale est beaucoup plus important en France qu’aux états unis.


Selon l' OGJ , la France posséderait 122 millions de barils de réserves de pétrole avant janvier 2007. Le pays en a produit 78.900 baril/d en 2006, qui inclut 21.500 barils/d de pétrole brut, 8.000 barils/d de liquides de gaz naturel et 49.400 barils/d de gain de raffinerie. Durant la même année la France a consommé 1.97 million de baril/d. Vue le manque des ressources pétrolières, le gouvernement français a encouragé l'utilisation de l'énergie nucléaire comme source d'énergie alternative au pétrole. Ainsi, la part du pétrole dans la consommation totale a diminué de 71% à 36% entre 1973 et 2004.


Exploration et production


La production du pétrole brut en France a connu sa pointe à la fin des années 80 avec 67.000 barils/d. Les bassins parisiens et ceux d'Aquitaine contiennent la plus grande partie de la capacité productive de la France. Le plus grand opérateur de production pétrolière en France est Vermillon, avec une possession de 25%du secteur. Vermilion gère également le plus grand champ pétrolier du pays, Parentis, situé près de Biscarrosse dans le sud-ouest de la France.


 


Malgré sa faible production, la France est fortement présente dans l'échiquier de la production pétrolière au niveau international. La compagnie française Total SA en est l'exemple le plus concret. En effet, Total , crée par fusion en 2000 de Total France, du Petrofina belge et de l'Elf Aquitaine, est le quatrième plus grand producteur de pétrole dans le monde, avec des opérations importantes en Afrique, l'Europe et le Moyen-Orient.


Importations de pétrole


Selon Eurostat, la France a importé 1.57 million de baril/d de pétrole brut en 2006. La plus grande source de ces importations était la Norvège (256.000 barils/d), suivie de la Russie (186.000 barils/d) et de l'Arabie Saoudite (166.000 barils/d). La France a également importé 760.000 barils/d de produits pétroliers de raffinage en 2006, tout en exportant 519.000 barils/d ; la plus grande source d'importations de ces produits étaient la Russie, alors que la plus grande destination pour les exportations était les Pays Bas.


 


Selon OGJ , la capacité de raffinage de la France en 2007 était 1.96 million de baril/d, le troisième plus grand en Europe. La plus grande raffinerie du pays est Gonfreville l'Orcher de Total, d'une capacité de 331.000 barils/d et constituant 55% de la capacité de raffinage de la France. La grande partie de la capacité de raffinage du pays est concentrée dans la région de Fos-Lavera, abritant le troisième plus grand port pétrolier du monde. La majorité de la consommation de produits pétroliers en France est destinée pour le transport routier, suivi de la consommation ménagère et du transport aérien.


 


Les prix de l'essence et du carburant diesel en France sont au dessus de la moyenne des pays de l'union européenne. En 2006, les prix de l'essence de meilleure qualité (tous les impôts compris) étaient de 1.27 euro par litre en moyenne en France, contre 1.15 euro par litre en moyenne pour les 25 pays de l'union européen. Par comparaison avec les états unis, Les prix diesel en France (tous les impôts compris) ont fait une moyenne de 1.09 euro par litre, contre 1.04 euro par litre pour la moyenne européenne 0.75 dollar par litre aux Etats-Unis. En France, les impôts représentent 63% du prix d'essence et 55% du prix diesel, contre 14% et 17% respectivement, aux Etats-Unis.


Gaz naturel : Perspectives


OGJ a signalé que la France a eu 341 milliards de pieds cubes (BCF) de réserves de gaz naturel avant janvier 2007. En 2004, le pays a consommé 1.6 Tcf, avec moins de 5% du gaz produit localement. Les sources d'approvisionnement les plus importantes de la France sont la Norvège, la Russie, les Pays Bas et l'Algérie.


 


La canalisation de gaz naturel Medgaz lierait l'Algérie à la France par l'intermédiaire de l'Espagne. Avec une participation de Sonatrach algérienne de 20% et Cepsa de l'Espagne de20%. Les issues financières ont retardé la construction initiale de Medgaz, car le consortium n'a pas encore fixé les investissements suffisants pour lancer le projet. Cependant, si accompli, Medgaz aurait une première capacité de 775 Mmcf/d.


 


La France a tenté de se placer comme centre européen pour les importations de gaz naturel liquéfié (GNL). La France en est l'un des plus grands consommateurs en l'Europe, et le pays reçoit 25% de ses importations de gaz naturel sous cette forme. La plupart des importations françaises de GNL viennent d'Algérie, avec des quantités moins importantes du Nigéria. La France a actuellement deux terminaux récepteurs de GNL : le Fos-sur-Mer d'une capacité de 440 Mmcf/d, situé au terminal gazier fos Cavaou sur la côte méditerranéenne, et une borne de 970 Mmcf/d à Montoir-De-Bretagne, sur la côte atlantique. GdF est entrain de construire un nouveau terminal offshore à fos Cavaou, et ExxonMobil a également proposé de construire un terminal d'importation de GNL, à Fos Cavaou d'ici 2009.


Electricité


La France possède le deuxième plus grand réseau d'électricité de l'UE, derrière l'Allemagne. En 2004, la France a produit 540.6 milliards de kilowatt-heures (Bkwh) de l'électricité et en a consommé 440.6 Bkwh. Le pays dépend de l'énergie nucléaire pour 79% de sa production de l'électricité. L'EDF (Electricité De France), possédée par le gouvernement français, gère presque tout le marché de production et de distribution dans le pays. La compagnie RTE (Gestionnaire du Réseau de Transport d'électricité), gère de sa part le réseau national d'électricité sous le contrôle de l'EDF.


La France est le plus grand exportateur d'électricité dans l'EU, avec 100 Bkwh exportés à ses voisins en 2004. Le développement de l'énergie nucléaire lui permet une production à moindre prix et donc plus compétitive sur le marché européen.


La France est le deuxième plus grand générateur de l'énergie nucléaire, derrière les Etats-Unis. Dans les années 70, le gouvernement français a commencé à favoriser le nucléaire pour réduire sa dépendance des importations d'énergie. En 2004, les réacteurs nucléaires français ont produit plus de 425.8 Bkwh d'électricité, soit 79% du total national.


Le nucléaire


L'énergie nucléaire française est efficace et peu coûteuse, et les tarifs français de l'électricité sont donc les plus bas en Europe. La planification centralisée de l'industrie nucléaire est cruciale en France, car il y a peu de différence dans les réacteurs utilisés ainsi que les méthodes industrielles d'exploitation. Areva, propriété de l'Etat, commande tous les aspects du secteur du nucléaire en France, y compris l'exploitation des carburants nucléaires, la construction et le fonctionnement des réacteurs ainsi que le traitement des déchets.


La France planifie d'augmenter encore plus loin son industrie nucléaire. En effet, un rapport rédigé par le gouvernement français en novembre 2003 demande une expansion significative du nucléaire, y compris la construction d'une troisième génération des réacteurs nucléaires et de l'expansion des usines existantes.


La France est entrée en partenariat avec l'Allemagne pour le développement d'un réacteur PWR (réacteur à eau pressurisée). Ce type de réacteur fait partie de la troisième génération de réacteurs, et est conçu pour être plus sûr, plus efficace, et moins susceptible à une attaque de terroriste. Chaque réacteur PWR devrait produire aux alentours de 1.600 mégawatts (MW) d'électricité, contre 900 MW pour la plupart des réacteurs de seconde génération. L'EDF a annoncé en novembre 2004 que le premier réacteurs PWR au monde sera construit prés de Flamaville d'ici 2012 à un coût de 3.8 milliards de dollars. En mars 2007, l'agence française de la sécurité nucléaire a approuvé le projet.


 


 


 

 
 
OBSERVATOIRE DE L'ENERGIE