Energiezoom
Forums Archives Contact
ZOOM SUR L'ENERGIE MONDIALE Ajoutez vos articles  
 
Sources d’énergie

Gestion de l’énergie

Perspectives

Situation mondiale
Banque de données

ZOOM SUR
 
 
RESERVES ET RESSOURCES
Rapportées au volume d’extraction de 1990, les réserves prouvées de pétrole brut sont de l’ordre de 50 ans, celles de gaz naturel de 80 ans et celles de combustibles minéraux

Rapportées au volume d’extraction de 1990, les réserves prouvées de pétrole brut sont de l’ordre de 50 ans, celles de gaz naturel de 80 ans et celles de combustibles minéraux solides de 275 ans. Mais les quantités extraites annuellement peuvent croître fortement selon le scénario d’offre retenu (tableau 10) et devenir insuffisantes, surtout pour le pétrole brut, bien avant 2050.
Les réserves inventoriées par les compagnies pétrolières et minières ne correspondent cependant qu’aux ressources connues et jugées exploitables aux conditions technologiques et économiques du moment. Si l’on ajoute à ces réserves prouvées, les ressources estimées récupérables sans limites de coût, on multiplie le stock en terre par 2 pour les hydrocarbures et par 4 pour les combustibles minéraux solides. Si l’on incorpore enfin celles que de nouvelles technologies pourraient rendre accessibles, les ressources ultimes obtenues permettent de satisfaire plusieurs siècles de consommation. Aucun scénario d’offre n’est donc limité par la quantité physique des ressources fossiles. Mais ces dernières ne sont pas accessibles aux mêmes conditions politiques, économiques et écologiques. Les réserves prouvées de pétrole sont très inégalement réparties : près de 54 % au Moyen Orient (avec des durées de vie théoriques supérieures à 80 ans pour le Koweït, l’Arabie Saoudite et Abu Dhabi) face à 5 % en Amérique du Nord, 3 % en Europe occidentale, 16 % en Amérique latine, 8 % en Afrique, 11 % dans l’ancienne Union
Soviétique et 3 % en Asie Pacifique (cf. [Doc. B 8 515]). Associée pour des raisons géologiques aux coûts d’exploitation les plus faibles de la planète (90 % des réserves accessibles à moins de 4 $ le baril), cette concentration géographique rend le marché pétrolier plus vulnérable aux événements politiques que les marchés gaziers et surtout charbonniers.
L’exploitation des ressources fossiles est normalement soumise à la loi des rendements décroissants qu’illustre bien l’évolution des conditions de la production pétrolière hors la région du Golfe arabo-persique :
— localisations de plus en plus contraignantes en offshore, en zone arctique et subarctique ;
— diminution de la taille moyenne des découvertes ;
— accroissement de la profondeur moyenne ;
— élévation des taux de récupération.
Ces évolutions fondent les perspectives de coûts croissants des hydrocarbures autour de 40 à 50 $ constants le baril, vers le milieu du siècle prochain. Les anticipations de coûts sont cependant fragilisées par le succès avec lequel les changements technologiques combattent les rendements décroissants : en une quinzaine d’années, les coûts d’exploitation en Mer du Nord ont souvent été divisés par 2 ou 3 grâce aux progrès de la géophysique, du forage et de la récupération assistés. Qu’en sera-t-il des coûts de mise en exploitation des ressources additionnelles de pétrole brut conventionnel et non conventionnel ? La réponse conditionne, en grande partie, les possibilités de développement des sources d’énergie non fossiles.
Avec ou sans surgénérateur, l’énergie nucléaire n’est pas limitée par le minérai d’uranium : les seules ressources connues et récupérables à moins de 80 $ le kilogramme représentant 41 années de consommation au taux actuel d’extraction. Cette durée peut être doublée par la mise en exploitation de gisements jusqu’à 130 $ le kilogramme et en retraitant tous les combustibles usagés. Au-delà, l’exploration des ressources non encore inventoriées devra être relancée.
Dans le cas des énergies renouvelables, les limitations viennent encore moins de la grandeur des flux physiques dans l’environnement terrestre. Leur potentiel est estimé à partir des capacités de captation de ces flux et de leur conversion en services énergétiques adaptés aux besoins (tableau 13). Plus encore qu’avec les sources fossiles et l’énergie nucléaire, la ressource est ici fonction de l’état des technologies.

 

 
 
OBSERVATOIRE DE L'ENERGIE