Energiezoom
Forums Archives Contact
ZOOM SUR L'ENERGIE MONDIALE Ajoutez vos articles  
 
Sources d’énergie

Gestion de l’énergie

Perspectives

Situation mondiale
Banque de données

ZOOM SUR
 
 
ORIENTATIONS TECHNOLOGIQUES
Le potentiel de développement technologique est aussi large du côté de l’offre que du côté de la demande d’énergie

Le potentiel de développement technologique est aussi large du côté de l’offre que du côté de la demande d’énergie. En s’appuyant sur les travaux de l’US National Energy Strategy, le CME [2] s’est efforcé d’en donner une vue chronologique :
— lavage du charbon à la combustion par lit fluidisé atmosphérique, lit fluidisé pressurisé, cycle combiné de gazéification intégrée (avant 2000) ; lit fluidisé sous pression et cycle combiné perfectionnés (avant 2010) ;
— récupération avancée du pétrole par inondage chimique, inondage par phase miscible, récupération thermique, inondage par polymères, modification de profil et forage par remplissage (avant 2000) ;
— réacteur nucléaire avancé à eau légère (avant 2005), modulaire à gaz haute température, à métal liquide ; surgénérateur commercial (avant 2010) ; centrale à fusion en démonstration (avant 2030) ;
— géothermie binaire et autres technologies avancées
(avant 1995) ; systèmes énergétiques à roche sèche chaude et à magma (avant 2030) ;
— combustibles liquides issus de la biomasse par conversions enzymatique et thermochimique (avant 2005) ;
— production d’électricité par éoliennes perfectionnées, par composants photovoltaïques pour applications réparties, par turbines à gaz à lit fluidisé de biomasse à haut rendement (avant 2005), par applications générales des composants photovoltaïques (avant 2020) ;
— véhicules électriques dotés de batteries avancées (avant 2000); applications automobiles et générales des piles à combustibles ; stockage de l’électricité par batteries perfectionnées (avant 2010) ; matériaux supraconducteurs à températures élevées dans les transports et l’industrie ; stockage et lévitation magnétique (avant 2020) ; pile à combustible évoluée à base d’oxydes solides, véhicules à hydrogène (avant 2030) ;
— combustion en lit fluidisé des déchets solides municipaux (avant 2000).
Ces perspectives technologiques sont évidemment entachées d’incertitudes. Certaines ne verront peut être jamais le jour. D’autres pourront se développer beaucoup plus rapidement que prévu sous l’impulsion de découvertes difficilement prévisibles.
Toutes les sources d’énergie, enfin, ne sont pas traitées avec la même attention : l’exploration des hydrocarbures conventionnels peut encore réserver des surprises.
On doit cependant se demander quelles sont celles de toutes ces technologies (côté offre et côté demande) qui vont le plus profiter des effets d’apprentissage qui diminuent les coûts unitaires et assurent des avantages compétitifs. La réponse est à rechercher dans les évolutions que les entreprises sont contraintes de prendre en compte au moment de la définition de leurs stratégies technologiques.
Parmi elles :
— la mondialisation (globalisation) de l’économie qui donne un poids croissant aux préférences de pays à forte croissances démographique et économique, tels que la Chine ou l’Inde, désireux de tirer parti de leurs ressources, charbonnières notamment ;
— la transformation des systèmes productifs qui privilégie la qualité, la flexibilité, l’efficacité de transformation et d’utilisation des sources d’énergie : d’où le moindre intérêt porté aux économies d’échelle associées aux très grandes tailles et le succès des équipements rapides à mettre en oeuvre et facilement adaptables à un contexte instable tels que les turbines à gaz en cycles combinés ;
— l’attention portée à la qualité de l’environnement par des opinions publiques devenues méfiantes : l’énergie nucléaire en a été la première victime ; les industries pétrolières et charbonnières pourraient aussi devoir en tenir compte, notamment dans les perspectives de doublement des émissions de gaz à effet de serre.

 

 
 
OBSERVATOIRE DE L'ENERGIE